Mutazilisme

Association pour la renaissance de l'islam mutazilite (ARIM)

Catégorie : Les cercles de l’ARIM

Recadrage des activités de l’ARIM

Retour sur les objectifs et la nature de l’association ARIM. 

 

L’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite est une association qui vise à faire connaître l’approche mutazilite de l’islam. Pour faire cela, nous remettons l’héritage intellectuel et historique du mutazilisme en avant, et montrons comment l’islam dans son ensemble a pu en profiter. Depuis le début de l’association, les personnes se retrouvant dans nos cercles de discussion ont émis beaucoup de critiques (justifiées) à l’encontre de l’islam traditionnel (sunnite conservateur) et du traditionalisme. Régulièrement, de nombreux appels à une plus grande ouverture se sont faits entendre. Ces derniers ont été accueillis favorablement, car ils correspondent à notre approche de l’islam, fondée sur la raison.

L’islam rationnel

Or, qui dit approche rationnelle, dit approche qui prend en compte la situation réelle et les données actuelles en notre possession. De ce fait, il y a dans une approche rationnelle, une nécessité de rendre la réflexion théologique contemporaine au temps vécu, et non indexée sur un temps passé, celui de la Révélation ou sur celui d’auteurs vieux de plusieurs siècles. Cet accord avec l’aspiration courante et l’esprit du temps (rūḥ al-zamān) a pu créer une confusion dans l’esprit de certains. D’aucuns considèreront le mutazilisme que nous défendons comme étant uniquement un courant libéral, progressiste, féministe voire new age, alors que le mutazilisme est un mouvement théologique islamique ancien. Autrement dit, c’est une lecture, une compréhension de l’islam qui n’est pas nouvelle et qui implique un certain nombre d’affirmations théologiques et philosophiques : Dieu est. Il est Un, Juste, Clément et Miséricordieux. Il nous a doté d’une constitution physique optimale, ainsi que de la raison. Et pour nous assurer de Sa délicatesse, de Sa tendresse infinie (lutf), nous a envoyé des prophètes ainsi que des révélations, fournissant à notre raison de quoi penser, produire et vivre. Il y a des recommandations, des prescriptions, des mises en gardes et des encouragements. Cela, nous le reconnaissons clairement et l’acceptons avec joie.

L’islam libéral ? 

Mais cela ne veut pas dire que toutes ces préconisations ne doivent pas être d’abord passées par le filtre de la raison. Et c’est cela notre plus-value. Accorder à la raison, en tant que don universel fait par Dieu aux humains, le statut et le poids qu’elle mérite, c’est-à-dire de première source. Cela veut dire aussi, que notre manière de vivre et de comprendre l’islam, bien qu’elle plaise à bon nombre de « musulmans libéraux », ne doit pas être mal comprise. Nous ne souhaitons pas nous plier à une stricte approche libérale au sens anglais du terme, c’est-à-dire « progressiste », ni même féministe. Si nous sommes pour l’imamat des femmes, c’est parce que les enseignements coraniques et le fait de s’en remettre à Lui, le permettent. Le premier mouvement à défendre cette idée date de 695, une soixantaine d’années après la mort du prophète Muhammad (sawas). Pourquoi ? Sans doute parce que ces partisans de l’égalité, avaient lu les mêmes textes, et s’étaient inspirés du même exemple prophétique. Mais nous devons aussi examiner nos problématiques à l’aune de nos contextes. Ainsi, si nous aurions pu soutenir le droit à l’imamat pour les femmes à Bagdad au IXe siècle. Peut-être, ne l’aurions-nous pas fait dans la Bagdad du XIVe siècle.

Ainsi, que les choses soient dites, et qu’elles soient bien claires. Le mutazilisme n’est pas un mouvement islamique progressiste, il est avant tout un mouvement de théologie rationnel. A la limite, l’épithète « libéral » peut être accepté en ce sens que c’est un mouvement qui souligne la liberté humaine, et donc la nécessité pour tout croyant de mettre en pratique les enseignements à partir de sa volonté propre, libre et autonome. Par conséquent, il est urgent de rappeler que l’ARIM n’a pas vocation à considérer la déconstruction comme une fin en soi. L’ARIM, bien qu’étant une association culturelle, défend le patrimoine mutazilite. Elle dit que nous pouvons dépasser les blocages des sunnites traditionalistes, à condition de s’intéresser à la méthode mutazilite. Si nous trouvons l’enfermement dans le passé dangereux ; nous estimons que se mouvoir sans limites, sans balises ni repères historiques, est tout aussi problématique. Toute personne qui « refuse les étiquettes » comme elles aiment à le dire, ne se rend pas compte à quel point son approche peut paraître égoïste et déculturée car déconnectée de tout héritage. Peut-être qu’elle-même arrivera à cheminer tant bien que mal dans les sentiers de la foi. Mais pour combien qui s’y perdront, voyant dans cette tendance un mouvement strictement new age et éminemment hors sol ? Nous considérons l’héritage mutazilite comme primordial, mais que nous ne devons pas imiter les anciens dans les moindres détails. La méthodologie de cette école reste pour nous la plus à même de s’adapter aux divers changements que le monde nous impose.

L’issue mutazilite

Toute approche, même si elle prétend s’affranchir des étiquettes, si elle se caractérise par des traits dominants, finit par devenir une étiquette. En arabe, on appelle d’ailleurs cette façon de rejeter les noms et les écoles de « lai-madhhabyyia », « sans voie ». Nous pourrions à peine surenchérir en disant les « sans issues ».

Au sein de l’ARIM, nous travaillons à faire en sorte de trouver l’une des issues aux problèmes et difficultés que rencontrent nombre de musulmans avec le discours théologique officiel dominant. Cette issue se matérialise dans le mutazilisme. Nous ne disons pas que c’est la seule qui vaille, mais pour nous, c’est la meilleure solution pour nous permettre de garder les intangibles de l’islam, tout en questionnant, et en permettant la méditation, la réflexion et l’épanouissement spirituel. Notre rôle n’est pas de prôner uniquement la déconstruction de l’idéologie traditionnelle, mais de construire sur les bases d’un courant théologique préexistant. Dieu, dans Son incroyable générosité, nous offre un grand nombre d’accès à Lui. Nous en explorons un, et c’est déjà une tâche immense. Nos réunions mensuelles, et nos activités en général ne visent pas à autre chose qu’à montrer concrètement, comment, par l’approche rationnelle, nous donnons à Dieu et à l’islam, un aspect concret, logique, bon et juste. Car la raison que nous défendons n’est pas la raison froide de Descartes et de Kant, mais la raison froide et chaude. L’intelligence froide de l’analyse et de l’examen, la capacité de discerner le vrai du faux ; et l’intelligence chaude de la synthèse, de la mise en relation, et de la quête du bon et du juste. L’analyse et la synthèse ne sauraient exister pour elles-mêmes, mais en vue d’une fin. C’est pourquoi la raison n’est pas « froide, dure et implacable », elle est exigeante, juste et la plus objective possible. C’est pourquoi nous encourageons l’art, que ce soit sous forme écrite ou figurée. L’intelligence consiste à comprendre, et la compréhension de l’autre est vitale, et se matérialise le mieux dans la production artistique. Cela ne veut pas dire que nous négligeons le reste. La théologie spéculative (credo), la théologie pratique (praxie), et l’éthique globale individuelle, sont les trois choses qui constituent le cœur de la foi islamique. Nous les explorons aussi selon la méthodologie mutazilite.

Ceux qui se complaisent dans l’errance causée par la seule déconstruction systématique des héritages ne trouveront pas dans notre activité de quoi les sustenter. Ceux qui recherchent des réponses et des repères pouvant aider leur cheminement dans la foi seront toujours les bienvenus, qu’ils ou elles acceptent le mutazilisme ou non. La rentrée promet d’être riche en débats.

Bien à vous. Que la paix vous accompagne.

Compte-rendu du cercle de discussion du 18 janvier 2020

Samedi 18 janvier dernier, se tenait le premier cercle de discussion abordant la nouvelle thématique de cette année, à savoir « être mutazilite aujourd’hui ». Pour cette première, il a été question de savoir si le mutazilisme pouvait mieux aider les musulmans qui y adhèrent, à vivre en Occident.

Mutazilisme et Occident selon le sheikh al-Haydari

Cette question a émergé suite à une sorte de conférence de rédaction en ligne tenue entre les membres de l’ARIM. Celle-ci m’a tout particulièrement retenue mon attention car elle faisait écho à des propos tenus par un religieux shi’ite imamite irakien, le sheikh Kamal al-Haydari, marja’ (référent religieux et guide). Dans une vidéo extraite d’un de ses cours filmés, le sheikh al-Haydari a estimé que l’Occident vivait conformément à la pensée ou à la philosophie mutazilite (voir ici). En effet, il a estimé que les occidentaux s’estimaient responsables de leurs actes et de leur devenir. Certes, aux yeux du religieux irakien, les occidentaux continuent d’aller à l’église le dimanche matin et rendent donc grâce à Dieu. Mais, pour lui, ils partent du principe qu’ils maîtrisent complètement leur destin. Pour sheikh al-Haydari, cette manière de concevoir les choses et de vivre, est conforme à la vision mutazilite.

Les causes secondes (tawalud)

Ainsi, il précise que certains « auteurs mutazilites » (sans préciser de nom), ont expliqué que, si jamais nous devions imaginé que Dieu ne soit plus là, que Dieu est mort (comme le dira Nietzsche), cela changerait-il quoique ce soit au fonctionnement du monde ? La réponse est non. Car pour les mutazilites, Dieu a créé le monde avec ces règles, comme il a créé les humains dotés de certaines spécificités et règles, ce que le sheikh dénomme tafwidh (que l’on peut traduire par débordement, mais que nous mutazila préférons désigner sous le vocable de tawalud, ou « causes secondes »). Le tout fonctionne de manière autonome. C’est pourquoi, sheikh Kamal al-Haydari explique la position des mutazilites en prenant un exemple architectural. Ainsi, une fois un bâtiment mis sur plan par un architecte, et une fois celui-ci mis sur pieds par des maçons, le bâtiment a-t-il encore besoin de l’architecte et des maçons pour exister ? Evidemment, la réponse est négative. Dans le même ordre d’idées, sheikh Kamal al-Haydari compare les discours dans les avions entre Occident et monde musulman. En Occident, le commandant de bord annonce l’heure d’arrivée prévue, et combien de temps durera le vol. Dans le monde musulman,  chaque annonce est ponctuée par l’expression « inchallah » (si Dieu veut). Façon de dire que là où les occidentaux s’en remettent à eux-mêmes, les orientaux, in fine, s’en remettent à Dieu. Plus profondément encore, le religieux irakien précise que c’est grâce à cette philosophie que les occidentaux ont pu obtenir une amélioration de leur condition (droits sociaux, politique, économique, cultuel…) et donc, faire progresser la condition humaine.

Ainsi, le sheikh shiite, en recourant à un raisonnement analogique, montre comment l’application de la philosophie mutazilite en Occident a permis de faire évoluer la situation humaine en Occident. Evidemment, l’Occident ne pratique pas la philosophie mutazilite sciemment. Mais à partir du moment où libre-arbitre et principe de raison suffisante (nihil est sine ratione, rien n’est sans raison) sont reconnus, alors mêmes causes, mêmes effets. En fin de vidéo, le sheikh dit bien que cette manière de voir n’est pas celle du shiisme duodécimain, de même qu’il rejette l’abandon à la volonté divine et la prédestination (jabr).

Pour conclure, nous dirons tout simplement que le mutazilisme insiste sur la capacité des Hommes à faire par eux-mêmes, créateurs de leurs actes et donc responsables. Pensée qui sort le croyant d’une mise sous tutelle et d’une forme d’infantilisation des croyants.

Wa Allahu a’lam

Un nouveau souffle pour le réformisme islamique : Alliance of Inclusive Muslims

Alliance of Inclusive Muslims (AIM), ou l’Alliance des musulmans inclusifs – une nouvelle organisation non gouvernementale (ONG) avec statuts déposés à l’ONU vient de voir le jour. L’ARIM en est l’un des membres fondateurs.

Lire la suite

Le deuxième colloque de l’AFPI : compte-rendu

L’Académie française de la pensée islamique (AFPI), a tenu, samedi 23 septembre dernier son deuxième colloque annuel des musulmans francophones. Le thème de cette année était celui « Islam(s) de France : un culte, des cultures, une société ».

Tout au long de la journée, trois tables rondes se sont succédé au cours desquelles plusieurs aspects de l’islam de France ont été mis en avant. D’abord l’aspect institutionnel, le Conseil français du culte musulman (CFCM), la Fondation de l’islam de France, et autre Instance de dialogue (un peu moins pour la dernière), ont été évoquées. Ensuite, la question de « l’exercice du pluralisme par « e » musulman », table ronde très intéressante au cours de laquelle la question de l’intracommunautaire et du féminisme, vrais centres d’intérêts, ont été pris en charge par les intervenants, mais faute de temps, n’ont pu aller bien loin. Enfin, la dernière table ronde a eu lieu l’après-midi, après un appréciable déjeuner libanais, autour de la question de la « contribution des musulmans à leur société ».

Lire la suite

Copyright - 2016 & Tous droits réservés

276e9bb3fcf5c81c9c97baa73a7f7e9cFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF