Mutazilisme

Association pour la renaissance de l'islam mutazilite (ARIM)

Catégorie : Normes et pratiques (Page 1 sur 2)

Fatwa, imam, fiqh, ses armes d’abêtissement massif !

Il suffit d’une fatwa pour ordonner la mort, une seule fatwa pour mettre une vie en danger et plus grave encore, une seule fatwa pour assassiner la raison et l’intelligence !

La fatwa devient alors la porte qui sépare l’humain de l’inhumain, sa clé est détenue par de prétentieux oulémas hissés au rang de savants tels des bergers qui mènent des troupeaux d’ignares qui suivent à la lettre ce qu’ordonnent le maître.

Lire la suite

Devoir, pouvoir et rapport à l’interdit

Ce à quoi on ne s’attend pas quand on se convertit, c’est de la rapidité et de la fréquence à laquelle on vous parle de ce qui est obligatoire et de ce qui est interdit. « Tu ne dois pas manger de porc », « tu ne dois pas montrer ton corps », « tu dois porter le voile », « tu ne dois pas boire d’alcool », « tu ne dois pas danser », « tu ne dois pas écouter de musique »…

Cela tombe sur vous comme une chape de plomb et vous vous demandez si vous cédez sous la pression ou si vous vous sauvez à toutes jambes. A moins qu’il n’y ait une troisième voie…

Lire la suite

Qu’est-ce que pratiquer l’islam ?

On a souvent l’habitude de classer les croyant(e)s en deux catégories : « pratiquant(e)s ou non pratiquant(e)s ». Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Qu’est-ce qu’une pratique spirituelle ? Toute pratique spirituelle est-elle un rite ? Que sont les rites en islam et recouvrent-ils toutes les pratiques spirituelles que proposent le Coran et la Sunna ?

Parlons d’abord des rites, qui ne sont pour moi qu’une forme parmi d’autres de pratique spirituelle. Le rite a des vertus et peut provoquer certains états spirituels mais il peut aussi faire référence au « ritualisme » et évoquer une conduite mécanique, stéréotypée dont le sens a été oublié.

Lire la suite

Abû Hurayra, le douteux ?

Né ‘Abd al-Shams (« serviteur du soleil »), le Prophète (saws) l’aurait rebaptisé ‘Abd al-Rahman. Fort de cette rencontre, le désormais ‘Abd al-Rahman promet de se sacrifier pour le Messager de Dieu. Abû Hurayra est censé avoir transmis 5374 hadiths et est cité dans plus de la moitié des isnâd (chaîne de transmission) classiques des hadiths, ce qui fait de lui le plus grand traditionnistes (muhaddith) connu.

Parmi la plupart des auteurs, il n’aurait connu Muhammad (saws) que de manière tardive : quatre années avant la mort de ce dernier. Il fut très pauvre du vivant du Prophète (saws), devint gouverneur de Bahreïn durant le règne de ‘Umar Ibn al-Khattâb, abandonna ce poste puis redevint émir de Médine sous le califat controversé de Mu’âwiya.

Lire la suite

Que faire du fiqh en islam ?

Une observation de la pratique, ou du moins, de la relation qu’entretiennent les musulmans vis-à-vis de leur religion conduit à un constat : un grand crédit est accordé à la discipline jurisprudentielle (fiqh) comme moyen de rencontre avec le divin.

Mais la quête n’est-elle pas tout autre ? Voyons-le. Un travail est à mener afin de dépasser la méconnaissance actuelle du récit historique qui conduit aujourd’hui à une association, voire une réduction, de l’islam à des règles jurisprudentielles.

Lire la suite

La Sunna dans les limites du principe de non-contradiction (Partie 3/3)

La Sunna : Les hadiths inspirants

L’un des fondements de notre foi islamique est la Sunna (Tradition) du prophète Muhammad (sawas). La Sunna regroupe l’ensemble des enseignements, directs ou indirects, du prophète. En somme, il s’agit de son exemple. Dans les deux parties précédentes, nous nous sommes attachés à montrer les difficultés que soulèvent la sunna pour comprendre, vivre et appliquer notre foi. Dans cette partie nous nous intéresserons à la partie inspirante de la sunna. 

Ceci étant posé, faut-il considérer que tous les hadiths sont à rejeter ? Non. Car nous croyons à la sagesse des hommes. Les hommes construisent leur raison à travers le temps et l’espace. Nombre de paroles peuvent nous aider à expliciter des idées ou nous montrer le sens de versets coraniques.

Lire la suite

La Sunna dans les limites du principe de non-contradiction (Partie 2/3)

Sunna : La « science » du hadith 

L’un des fondements de notre foi islamique est la Sunna (Tradition) du prophète Muhammad (sawas). La Sunna regroupe l’ensemble des enseignements, directs ou indirects, du prophète. En somme, il s’agit de son exemple. Dans cette partie, il s’agit d’examiner la prétention de l’existence d’une « science » de hadiths. 

Nous n’avons qu’un seul critère pour accepter un hadith, celui de la non-contradiction. C’est ce qu’a rapporté le spécialiste des hadiths chez les anciens mutazilites, Abû-l-Qassim Al Ka’bi (m. 931). Non contradiction avec les données élémentaires de la raison, et non-contradiction avec le Coran.

Lire la suite

La Sunna dans les limites du principe de non-contradiction (Partie 1/3)

La Sunna : Quel degré de fiabilité ? 

L’un des fondements de notre foi islamique est la Sunna (Tradition) du prophète Muhammad (sawas). La Sunna regroupe l’ensemble des enseignements, directs ou indirects, du prophète. En somme, il s’agit de son exemple. Or nous n’avons accès à son exemplarité qu’à travers les hadiths qui sont des maximes et des aphorismes qui lui sont attribués à lui ou, parfois, à certains de ses compagnons.

Notre propos sur la question du hadith se fonde sur le discrédit de ce que d’aucun appelle la « science » du Hadith. Il nous semble très difficile d’accorder des degrés de fiabilité différents à des personnes mortes depuis plus d’un millénaire et dont des récits parlent en bien et d’autres en mal, ce que l’on appelle Ilm al rijal, ou « science des hommes ».

Lire la suite

Devenir Homme

Le Coran nous offre une véritable anthropologie. La vision de l’Homme qu’on y trouve est tout à fait inspirante et doit nous pousser à nous réaliser pleinement et à entrer dans une nouvelle ère spirituelle. Dieu a nommé Adam, la matrice de l’humanité, comme son successeur (khalîfa), à nous maintenant d’être dignes de cet honneur.

Mais que dire de cela lorsque l’on observe le comportement de certains musulmans obnubilés par les normes alimentaires et vestimentaires ou par le corps et la sexualité ? Est-ce faire confiance à l’humanité que de réduire l’être humain à des détails si futiles et à un cheminement balisé et cloisonné qui dépendrait entièrement de l’avis de « ceux qui savent » (oulémas) ?

Lire la suite

Élever les piliers de l’islam

On a coutume de résumer et réduire l’islam sunnite, voire l’islam en général, à ses cinq piliers : profession de foi, jeûne, prière, aumône et pèlerinage.

Malheureusement, cette habitude a fait que beaucoup de musulmans (et de non-musulmans) imaginent que puisque ce sont des piliers, alors il serait légitime, d’une part, de ne jamais y toucher, et d’autre part, de se réduire à ces éléments comme si ceux-ci étaient supérieurs à toutes les autres valeurs éthiques de l’islam.

Lire la suite

Page 1 sur 2

Copyright - 2016 & Tous droits réservés

d7f0de65f8d432f3af98bf4e4a2b0c98\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\