Mutazilisme

Association pour la renaissance de l'islam mutazilite (ARIM)

Catégorie : Chroniques du Ramadan (Page 1 sur 2)

Soutien aux dé-jeûneurs !

Si mon ramadan est encore cette année riche en méditations, je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe d’amertume. Elle me vient des nouvelles médiatiques que j’ai pu croiser ces derniers jours. Chaque année, toujours la même rengaine. Une musique lancinante qui m’est de plus en plus insupportable. Des êtres humains ont de nouveau été agressés pour avoir osé enfreindre les « obligations religieuses ».

Malheureusement, ce qui s’est passé au Maroc (une agression de deux personnes accusées d’avoir des relations sexuelles pendant le ramadan), n’est pas un cas isolé ni dans ce pays ni dans d’autres pays musulmans.  Je n’éprouve là que de la honte face à ces coreligionnaires qui crachent ainsi sur la dignité humaine et la liberté de conscience.

Lire la suite

Pardonner et se faire pardonner

Ramadan est le mois du pardon. Le pardon, une valeur fondamentale en Islam, répondant au verset  en tête de chaque sourate ou presque du Coran, « Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux ». « Allah est Celui qui pardonne, les péchés. Il est Celui qui absout, le Miséricordieux. » (Coran, XXXIX, 53).

Mais Allah est-il le seul à pardonner ? Et qu’est-ce que pardonner en fin de compte ? Se faire pardonner par celui à qui on a fait du tort ? Pardonner pour le mal qu’on nous a fait ?  Mais n’est-ce pas surtout se pardonner soi-même pour ce que l’on a infligé et ce que l’on a accepté de subir ?

Lire la suite

L’impossible divergence

L’islam étant une religion sans clergé, et donc sans représentant officiel, il était inévitable qu’une multitude de visions de la religion émergeraient, et ce bien que la source première, le Coran, soit commune.

En effet, Dieu a décrété, dans la sourate 5, verset 3 qu’il a désormais « parachevé la religion ».  Par contre, après la mort du Prophète (sws), de nombreux groupes ont vu le jour, d’abord pour s’opposer au califat omeyyade fondé par Mu’âwiya et ensuite pour exposer un nouveau credo (‘aqîda). Ces credo diffèrent sur des aspects essentiels : le dirigeant de la oumma, la nature du Coran, le statut du pécheur ainsi que la prédestination. Se sont alors succédés les alides (les proto-chiites), kharijites, qadarites (dont font partie les mutazilites), jahmites ainsi que les murjites.

Lire la suite

Et l’Homme créa l’Intelligence artificielle…

Et Dieu créa l’Homme… Par la simple phrase « Sois, et il fut ! », Il le créa. À partir d’une argile brute, tel un sculpteur, Il le façonna, harmonisa et affina sa forme. Il lui insuffla ensuite Son Esprit (al-rûh). Qu’est-ce que ce souffle divin ? Et s’Il était ce qui nous permettrait d’échapper à notre créateur ? Si nous avions en nous cette graine divine qui nous offre une infinité de possibilités pour prendre notre autonomie ? Et si ce souffle était notre outil pour renouveler la face de la terre ?

Une fois cette création de l’Homme terminée, Dieu décida une chose totalement farfelue au premier abord : Il nomma Adam son héritier, c’est-à-dire son successeur sur terre (khalîfa) (Coran, II, 30-34). Il accepta que l’humanité se charge du dépôt confié (al-amâna) (Coran, XXXIII, 72). Les Anges mirent en garde Dieu en lui disant que l’Homme ne fera que répandre le sang et la corruption sur terre et qu’il sera incapable d’être digne de cette confiance. Et pourtant, Dieu continua et leur demanda de se soumettre à Sa décision en leur demandant de se prosterner devant Adam ; ce qu’ils firent, sauf Iblîs qui refusa de se prosterner devant un être aussi vil et aussi peu digne de confiance que l’Homme.

Lire la suite

Chronique d’un dépossédé du ramadan…

Je jeûne depuis que j’ai douze ans. A l’âge de trente six ans, mon médecin généraliste m’annonce lors d’un rendez-vous banal qui a eu lieu le treizième jour du mois de ramadan de l’année 1435…ou 1436, que si je tenais à ma santé, je ne devais plus jeûner. Voilà, en quelques minutes, mon médecin de famille m’annonce que dans mon cas, le jeûne est fortement déconseillé. Dans ma voiture, j’ai pleuré comme un enfant. C’est comme si on venait de m’annoncer la perte d’un être cher.

Lire la suite

Le mutazilisme face à l’obscurantisme (2/2) – Les origines du mal

Pour lire la première partie de cette chronique

Un retour en arrière permet de mieux appréhender le changement qui a été opéré dans le monde musulman. L’analyse qui suit n’a pas vocation à être exhaustive, elle permet simplement de situer les grands bouleversements qui ont permis aux jihado-salafistes de s’imposer sur la scène mondiale.

Lire la suite

Essai sur le verset de l’abrogation

J’ai précisé dans une précédente chronique les critères que je m’imposais pour analyser un verset et savoir si ce dernier pouvait avoir une place dans ma vie spirituelle. J’aimerais appliquer cette méthode à un verset très connu, qui fait polémique, celui de l’abrogeant/abrogé dont voici la traduction la plus habituelle qui pour moi est erronée :

Lire la suite

Ramadan et Coran (4/4)

J’aimerais proposer ici ma propre méthode de lecture du Coran qui a bien entendu ses limites et n’aspire pas du tout à être la meilleure, ni à être originale puisque je m’inspire de nombreux travaux déjà effectués sur les lectures du Coran. Il s’agit simplement de la présentation d’un itinéraire personnel au sein du Coran.

Lire la suite

Ramadan et Coran (3/4)

Ma chronique précédente parlait de la nécessité de contextualiser le Coran pour éviter de lui faire dire des choses qu’il ne dit pas car il ne s’adressait pas à nous. On pourrait penser que je vis une foi déiste puisque je refuse d’imiter à la lettre un texte du passé et que pour moi il n’y aurait aucun génie dans le texte coranique. Je comprends que l’on puisse penser cela mais c’est pourtant faux. Je suis mutazilite donc j’estime que ma raison et mon cœur sont les juges ultimes dans ma pratique spirituelle et non le texte, ce qui ne veut pas dire que je le rejette mais que je cherche à le relativiser : tout ne se vaut pas dans le Coran, tout n’est pas de même nature.

Lire la suite

Ramadan et Coran (2/4)

D’un point de vue personnel et spirituel, ce que j’apprécie le plus dans le mois de Ramadan, c’est justement la lecture du Coran. Elle me permet de méditer profondément, de provoquer des états spirituels particulièrement vivifiant et créatifs mais aussi de réfléchir au statut du Coran en islam. On dit souvent que le jeûne du Ramadan est un pilier. Or, ne l’oublions pas, les cinq piliers de l’islam dont fait partie le jeûne selon la tradition ne sont devenus piliers que parce qu’un hadith les a déclarés piliers. Ces derniers sont bien présents dans le Coran, mais regroupés autrement et souvent avec d’autres éléments supplémentaires, notamment des vertus et valeurs comme la patience (sabr), les actions intègres (salihât) ou encore la foi (imân).

Lire la suite

Page 1 sur 2

Copyright - 2016 & Tous droits réservés

4031d51152a49b92241cdf0e7d7dcb9cLLLLLLLLL