Mutazilisme

Association pour la renaissance de l'islam mutazilite (ARIM)

Catégorie : Politique (Page 1 sur 2)

CFCM, CNI et Charte de l’islam de France

 

 

Vue de la mosquée de Paris (Wikimedias commons)

Ce texte a été publié sur le site lamosqueefatima.com le 22 février 2021. 

Depuis quelque temps, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’étale sur tous les médias. La raison ? Sa proclamation d’une charte de dix articles, dite « pour un islam de France » dans laquelle il admet la parfaite compatibilité entre les valeurs de l’islam et celle de la république. Cette charte sera même paraphée et appliquée par le Conseil national des imams (CNI), nouvel organe lié au CFCM, et comme ce dernier, fortement souhaité par les autorités publiques.

Une liaison dangereuse

Si la charte en elle-même ne me pose pas vraiment de difficulté, moi musulman considéré comme libéral, elle m’interpelle néanmoins sur bien des aspects. D’abord, tout ce travail du CFCM est le produit d’une commande de la présidence de la République. Après le meurtre abject du professeur Samuel Paty en octobre dernier, les autorités publiques ont voulu que l’islam de France s’organise. Comme si les deux choses étaient liées. Comme si une bonne organisation des musulmans aurait pu empêcher le meurtrier de ce malheureux professeur d’agir de son côté. Par quel miracle un attentat terroriste abject fait au nom de l’islam, peut-il avoir un rapport avec l’organisation des musulmans en France ? Par quel réflexe passe-t-on de l’un à l’autre ? D’autant plus, que le terroriste en question, n’avait pas vraiment de lien avec l’islam institutionnalisé. Ce jeune homme, s’était mis en contact avec des radicaux établis en Syrie via internet.

À moins de penser qu’il y a un rapport entre la vie cultuelle islamique banale et le terrorisme islamiste ; ce qui serait une liaison dangereuse et pour le moins problématique, je ne comprends pas cet empressement à vouloir doter l’islam de France d’institutions artificielles. Autre problème, déjà soulevé par l’imam de Bordeaux, Monsieur Tareq Oubrou, celui relatif au rapport à la théologie. Car en effet, comment penser qu’une charte liée à la compréhension de la religion musulmane en France, et à un conseil national des imams, puisse ne pas avoir de rapports avec la question théologique ? Or, à notre connaissance, aucun théologien n’a participé à la rédaction de ce texte. Celui-ci est le produit du travail des notables du CFCM, dont aucun n’est théologien.

CFCM VS Français musulmans

Sous quels soubassements théologiques les rédacteurs de la charte se sont-t-ils donc appuyer pour justifier leur prise de position ? Admettre le libre arbitre, l’égalité homme femme, la validité de la diversité des opinions islamiques, rien de tout cela n’est anodin. Certaines de ces questions ont donné lieu à de longues controverses à travers les siècles de l’histoire islamique. Mais tout cela a été résolu dans une déclaration de dix articles. Des siècles de controverses, de polémiques et parfois de violences, réglés grâce à un coup de baguette magique. La question étant de savoir l’identité du sorcier et où il se trouve : à Alger, Rabat, Ankara, ou à l’Élysée. Ce qui est sûr, c’est que les Français musulmans eux, sont absents du texte.

Mais à y regarder de plus près, jusqu’à quel point ces engagements pris par les responsables du CFCM pourront-il avoir un impact dans la vie culturelle des mosquées qui lui sont affiliés ? En effet, d’après la charte, faut-il comprendre que les fédérations et les associations musulmanes devront agir pour permettre à des femmes d’accéder aux mêmes fonctions que les hommes, que ce soit dans l’administration des mosquées, ou encore dans l’imamat ? Le CFCM préconise-t-il que des femmes puissent être imames ? Cela, le CFCM ne le dit pas explicitement, mais on peut penser que c’est le cas en lisant le texte de la charte. Néanmoins, je ne suis pas naïf à ce point. Je ne pense pas que le CFCM aille jusqu’à reconnaître aux femmes le droit à l’imamat.

Comment croire sincèrement à une déclaration qui se veut tournée vers l’islam de France alors qu’elle a été promulguée par des représentants de l’islam consulaire. C’est-à-dire d’organisations religieuses inféodées à des puissances étrangères. Comment défendre un attachement viscéral à la France et vouloir disqualifier des groupes ou associations à cause de leur proximité réelle ou supposée avec des puissances étrangères, alors qu’on est soi-même les porte-voix de l’Algérie, du Maroc, ou encore de la Turquie ? Enfin, comment prendre au sérieux le fait de placer le mouvement Tabligh parmi les tendances politico-religieuses ? Alors que ce mouvement est surtout réputé pour son orthopraxie et son refus de se mêler des questions politiques.

Admettre le libre arbitre, le droit à un libre examen, penser la possibilité de nouvelles pratiques, le CFCM aurait-il adopté une approche théologique rationaliste ? Ou finalement, cette charte n’est-elle qu’une réponse à une commande et qui sera oublié à peine signée et approuvée par le commanditaire ? En dernière analyse, quelle force accorder à un tel document sachant le peu de crédit des auteurs, ni théologiens, ni libérés de puissances étrangères ? Pour moi, et je parle en mon nom propre, cette charte, mais aussi le CNI et tout le CFCM, n’ont pas de valeur réelle. Les Français musulmans doivent continuer à œuvrer comme ils le font déjà. En bâtissant petit à petit et « vingt fois remettre le cœur à l’ouvrage » loin des approbations des capitales de pays étrangers, et même de Paris. Car nous sommes, nous Français musulmans, déjà une réalité…française.

 

Omeyyades et Abbassides mu’tazilites

Première école de théologie systématique de l’islam, le mu’tazilisme a laissé une trace indélébile dans l’histoire de la civilisation musulmane. Ceci, au détriment de ses adversaires, à commencer par les sunnites, ceux qui ont réécrit les grandes lignes de l’histoire de l’Islam. Toutefois, face à l’héritage en présence et à la profondeur des vues et sans doute, la bienveillance de Dieu, l’héritage mu’tazilite refait surface régulièrement, et challenge la damnatio memoriae dont a été victime le mu’tazilisme classique. Aujourd’hui, nous redécouvrons une liste plus étendue de califes et de membres des Maisons Omeyyade et Abbasside, qui étaient mu’tazilites, alors que ce n’est jamais dit nulle part, sauf pour les califes de la Mihna (épreuve).

Lire la suite

Attentat terroriste contre les mosquées de Christchurch

« Nous sommes à Dieu, et c’est vers Lui que nous retournons. » C’est la première chose qui nous a traversé l’esprit le vendredi 15 mars dernier, à l’annonce de l’abominable attaque terroriste contre deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande. Attaque qui a coûté la vie à cinquante personnes innocentes.

Lire la suite

Le 22 avril dernier…

Le 22 avril dernier, des intellectuels, politiciens, artistes et même certains imams, ont lancé un appel contre ce qu’ils appellent de « nouvel antisémitisme ». Au cœur de leur propos, une demande qu’on ne peut qualifier autrement que de ridicule et d’insultante.

En effet, ils précisent dans leur argumentaire « En conséquence, nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques ». Ce qui est clair dans leur propos, c’est qu’ils ignorent tout de l’histoire de l’exégèse en contexte islamique. Cela montre le niveau des imams signataires.

Lire la suite

L’affaire Tariq Ramadan : « Malheur aux peuples qui ont besoin de héros » !

Tariq Ramadan au cours d’une conférence au Kérala en Inde en 2017

Depuis quelques mois, l’affaire Ramadan fait grands remous dans le paysage médiatique français et pas seulement français. Plusieurs femmes ont porté plainte contre Tariq Ramadan, le prédicateur musulman suisse très influent dans les milieux francophones, pour viols. L’affaire est en cours comme le dit l’adage, donc il faut garder une certaine prudence.

Lire la suite

La vieille rengaine du monstre difforme de la « modernité occidentale »

Dans Saphirnews, plusieurs articles de Sofiane Meziani sont récemment parus, suivis d’une réponse d’Omero Marongiu-Perria. Le 17 octobre dernier, Sofiane Meziani a lui aussi usé de son droit de réponse. Il s’agit ici de nous pencher sur un article écrit par ce dernier le 22 septembre et intitulé « L’islam, la déconstruction et le redressement de l’Occident ».

Le postulat de départ de Sofiane Meziani est le suivant : la modernité ne serait qu’une entreprise de désenchantement du monde, de sécularisation et de désacralisation qui mènerait à sa perte l’islam.

Lire la suite

Requête à nos frères salafistes !

Ce texte est une traduction de l’anglais d’un petit article paru sur la page Facebook d’un mutazilite américain, Mohammad Ryad. Ceci est donc son point de vue, mais que nous partageons dans les grandes lignes.

Prévenez les gens afin qu’ils ne soient pas trompés par les prétentions des salafistes, selon lesquelles ils seraient, eux, (c’est-à-dire les salafistes), dans la compréhension de la religion, les plus proches des Pieux prédécesseurs (salaf), et que les partisans de la raison seraient des innovateurs et des égarés.

Lire la suite

Du danger de jeter le bébé avec l’eau du bain…

Contrairement à ce que semblent penser certaines personnes peu fréquentables, nombreuses sont les réactions parmi les musulman(e)s à chaque fois qu’un attentat est perpétré par la barbarie islamiste. Elles sont souvent douloureuses, gorgées de tristesse et de haine. Et c’est bien normal ! Je comprends et ressens moi aussi toute cette rage et cette tristesse !

N’importe quel humaniste ne peut qu’être indigné devant autant de monstruosités commises contre des enfants, des adolescents, des vieillards, des homosexuels, des hétérosexuels, des chrétiens, des juifs, des musulmans, des bouddhistes, des hindouistes, des femmes, des hommes, etc. Toutes ces vies sont égales et sacrées, il n’y a pas à hiérarchiser et à s’indigner plus ou moins de leur disparition en fonction de leur appartenance.

Lire la suite

Islam et modernité

Depuis qu’il est devenu incontestable que les nations, qui pourraient être décrites comme « musulmanes », vivent un retard sur de nombreux plans (politique, sociétal, technologique…) et que, dans le même temps, le fait islamique soit survenu en contexte occidental, une même question revient inlassablement, mettant dos à dos islam et modernité. L’islam serait vu comme incompatible avec un ensemble de qualificatifs inséparables de la modernité : la laïcité, le droit des femmes, la démocratie…

Prenons le peu de hauteur nécessaire lorsqu’il s’agit de manipuler une association aussi valise que « islam et modernité ». En effet, dans les consciences, ce couple est souvent vu comme l’association d’éléments aussi contraires que le jour et la nuit. Souvent, du point de vue musulman apparait un mélange de culpabilité, d’énervement et de fascination à l’égard de la modernité. A l’inverse, il est courant de constater du point de vue occidental une crainte, une incompréhension voire un rejet vis-à-vis de l’élément islamique.

Lire la suite

Burkini : histoire d’une débandade

L’été 2016 sera marqué comme étant l’un des moments les plus durs, et sans doute l’un des plus honteux de l’histoire de la France contemporaine. Des maires du Sud-Est de la France ont émis des arrêtés pour interdire l’usage des « burkinis » par les femmes (musulmanes) sur les plages de leurs communes.

Le burkini, est un « maillot de bain » conçu en 2003 par Aheda Zanetti, une styliste australienne de confession musulmane. Le but étant de permettre aux femmes qui veulent respecter le code vestimentaire dit islamique de le faire tout en s’adonnant au plaisir de la baignade.

Lire la suite

Page 1 sur 2

Copyright - 2016 & Tous droits réservés

77bc74da4b92d9166337f3bf9bd76a94ffffffffffffffffffff